Dominique Dord évolue sur le Lyon Turin

Dominique DORD, Député-Maire d’Aix les Bains, vient de faire part de l’évolution de son point de vue sur le projet Lyon-Turin. Selon lui, ce projet n’est plus défendable en raison de prévisions de trafic qui ne sont plus crédibles, d’un financement inabouti et  de flux de marchandises qui n’ont pas évolué selon les tendances retenues au départ du projet.

Il plaide aujourd’hui pour un doublement de la ligne Saint André le Gaz – Chambéry. Il rejoint en cela la position d’un projet alternatif défendu par le MoDem 73 depuis plusieurs années en raison d’un coût global du projet prohibitif dans un contexte de finances publiques dégradées (25 milliards d’euros) et d’une estimation de trafic démesurée (40 millions de tonnes alors que le trafic du Fréjus, du Mont Blanc et du Mont Cenis représente aujourd’hui 28 millions de tonnes).

Le projet alternatif défendu par le MoDem 73 vise à transformer les infrastructures actuelles – la ligne historique – pour faire du ferroutage au même niveau que celui proposé dans le projet Lyon-Turin, avec les problèmes d’impacts liés au chantier en moins et un coût bien moins important. Pour le fret, ce projet prévoit la réalisation de plusieurs shunts et de petits tunnels sur la ligne historique pour contourner Aix-les-Bains et Chambéry et libérer une partie des berges du lac du Bourget.

Dominique DORD, Député-Maire d’Aix les Bains, vient de faire part de l’évolution de son point de vue sur le projet Lyon-Turin. Selon lui, ce projet n’est plus défendable en raison de prévisions de trafic qui ne sont plus crédibles, d’un financement inabouti et  de flux de marchandises qui n’ont pas évolué selon les tendances retenues au départ du projet.

Il plaide aujourd’hui pour un doublement de la ligne Saint André le Gaz – Chambéry. Il rejoint en cela la position d’un projet alternatif défendu par le MoDem 73 depuis plusieurs années en raison d’un coût global du projet prohibitif dans un contexte de finances publiques dégradées (25 milliards d’euros) et d’une estimation de trafic démesurée (40 millions de tonnes alors que le trafic du Fréjus, du Mont Blanc et du Mont Cenis représente aujourd’hui 28 millions de tonnes).

Le projet alternatif défendu par le MoDem 73 vise à transformer les infrastructures actuelles – la ligne historique – pour faire du ferroutage au même niveau que celui proposé dans le projet Lyon-Turin, avec les problèmes d’impacts liés au chantier en moins et un coût bien moins important. Pour le fret, ce projet prévoit la réalisation de plusieurs shunts et de petits tunnels sur la ligne historique pour contourner Aix-les-Bains et Chambéry et libérer une partie des berges du lac du Bourget.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

You may also like...