Réaction de François Bayrou sur les élections internes de l’UMP

François Bayrou, a estimé jeudi que la crise traversée par l’UMP était un symptôme de « la décomposition de la vie politique en France » qui rappelle « la fin de la IVe République », avec des partis à l’image détériorée qui n’ont pas de « ligne politique claire », dans l’émission « Les 4 vérités », sur France 2.

« C’est une exposition en cours qui pour les Français est très inquiétante et qui rappelle, pour moi de manière frappante ce qui s’est passé à la fin de la IVe République, juste avant 1958, parce que la vie politique ne correspond plus à la réalité des sensibilités du pays », a expliqué le leader centriste aux « Quatre vérités » de France 2 à propos de la crise à l’UMP.

« Je pense que ce que (cette) formation politique (l’UMP, ndlr) exige, c’est une clarification de la ligne à suivre. Et cette clarification, elle n’a pas été obtenue par le vote qui a été organisé », a-t-il poursuivi.

http://www.dailymotion.com/video/xvawaf

Interrogé sur une éventuelle annulation du vote, l’ancien député a estimé que ce serait « à la justice de le dire, puisque François Fillon a dit qu’il la saisirait », rappelant que « la justice a la possibilité d’intervenir dans le fonctionnent interne des associations pour dire la réalité et le droit ».

« Alors, je ne sais pas comment cela va se passer, c’est évidemment extrêmement violent. On a dit que c’était politique, que c’était juridique. On pourrait ajouter que la question est aussi arithmétique, celle de la réalité des comptes », a-t-il souligné.

Mais, pour l’ancien candidat à la présidentielle, « au-delà des problèmes internes de l’UMP, cette crise pose surtout « la question de la décomposition de la vie politique en France », parce que, dit-il, « tout le monde aux yeux des Français est pris dans ce tourbillon de mésentente ».

Toute la classe politique a-t-elle selon lui une image détériorée? « Oui, parce qu’on fond, il n’y a pas de clarté sur la ligne politique que le pays est en train de suivre et c’est cette clarté qu’il faut imposer ».

« De plus, ajoute-t-il, il n’y a pas de validité des institutions. Ainsi, l’Assemblée nationale est un théâtre, un lieu dans lequel les courants principaux du pays sont totalement absents et cela empêche que le débat ait toute sa valeur ».

Enfin, il a réaffirmé la place qu’est à ses yeux celle du Mouvement Démocrate : « Notre vocation n’est pas le ralliement, mais la refondation », a-t-il défendu avec conviction, appelant une nouvelle fois à la modernisation de la vie publique et à l’émergence de nouvelles pratiques politiques, qui correspondent enfin aux attentes des citoyens.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email

You may also like...